1/11

Liens harmoniques présente les divers concerts et spectacles de l'Ensemble vocal Arpège, du Chœur HEP, du Chœur de chambre HEP et de l'Ensemble Alternances.

Ces ensembles donnent des concerts en commun ou séparément et sont tous dirigés par le chef de chœur et d'orchestre Julien Laloux qui fait le lien entre eux. Avec le soutien de différentes formations – l'Orchestre de Chambre de Lausanne, le Sinfonietta de Lausanne, Die Freitagsakademie – les programmes présentés sont basés sur l'originalité des œuvres ou sur la manière de les interpréter, notamment sur la recherche de fusion des harmoniques entre voix et instruments.

Les interprètes créent, au fil du temps, un fort lien avec leur public.

Mercredi 2 octobre 2013 à 20h30 - Cathédrale de Lausanne

&

Jeudi 13 février 2014 à 20h30 - Cathédrale de Lausanne

 

 

Chœur HEP

Ensemble vocal Arpège
Ensemble Musica Poetica

Direction : Julien Laloux

Solistes : Sabina Fulgosi, Véronique Rossier,

Jakob PilgramMarc-Olivier Oetterli

Please reload

Médias :

Joseph Haydn Salve Regina en Mi

Wolfgang Amadeus Rquiem

Joseph Haydn Libera

  • YouTube classique
  • Wix Facebook page

Se rassembler autour du Requiem de Mozart, c'est éprouver une force vivifiante que seuls certains chefs-d'œuvre procurent.

 

L'Ensemble vocal Arpège, le Chœur HEP, l'ensemble Musica Poetica et leur chef, Julien Laloux, désirent révéler la part de lumière que porte en elle  cette œuvre inachevée.

Pour l'entourer, deux œuvres de Joseph Haydn complètent le programme: le Salve Regina pour soprano, chœur et cordes et le Libera me, pour chœur et cordes. Elles rappellent que Haydn exerçait son art avant la naissance et après la mort de Mozart.

 

Réunis dans ce concert, ces deux compositeurs l'ont été aussi dans la vie par la musique, bien sûr, mais aussi la franc-maçonnerie à laquelle Mozart doit d'avoir accompli un cheminement intérieur et spirituel intense couronné par La Flûte enchantée et dont le Requiem en est en quelque sorte le prolongement.

Dans cette œuvre, Mozart dépasse le sens des mots de cette liturgie des morts. En faisant référence au chant grégorien, à Bach et Händel, ainsi qu'à ses propres œuvres, il fait une synthèse musicale, stylistique et théologique. Et peu importe que son élève, Franz Xaver Süssmayr ait écrit ou complété ceci ou cela, le geste, l'intensité et la cohérence sont si forts qu'ils compensent l'inachèvement. Grâce à un cheminement spirituel intérieur nourri de symbolisme ancestral, Mozart livre un message ultime et universel, résolument tourné vers une lumineuse espérance. Julien Laloux